L’Inde et ses petits bonheurs matinaux

L’Inde et ses petits bonheurs matinaux

Cliquer sur Ecouter à droite à la fin de de cet article, vous pourrez ainsi lire tout en vous plongeant dans l’ambiance d’un parc de New Delhi, en pleine séance de yoga du rire.

13/04/2008 | Iris Deroeux et Nina Casal.

 

 

 

 

 

Les parcs de New Delhi se remplissent dès 6 heures le matin. Marche, étirements, prières et yoga du rire : la recette pour commencer une bonne journée indienne. A lire et à écouter !

Il est 7 heures du matin. L’air est encore frais. Dans le quartier cossu de Defence Colony à New Delhi, des hommes et femmes de 20 à 90 ans se pressent dans les parcs. Les hommes en short, le baladeur sur les oreilles et les femmes en kurta, salvar et baskets s’activent dans les petites allées. Certains courent, la plupart marchent et d’autres encore se concentrent sur leurs exercices de remise en forme et d’étirements. « Le médecin nous a conseillé de marcher une demi-heure deux fois par jour à cause de notre diabète », se justifie Pallavi, 35 ans. Sur des bancs, des bandes de jeunes garçons observent ce ballet matinal avec intérêt…
Puis à 7h30, un groupe d’une quinzaine d’hommes se forme. Ils se placent autour d’un cercle imaginaire. Le rituel peut alors commencer sous la « direction » de Ravender, 70 ans. « Tous ensemble, nous frappons des mains 108 fois. Puis nous enchaînons avec trois grands éclats de rire qui doivent remuer tout notre corps », explique-t-il. Enfin la séance se termine par une prière dédiée au soleil, afin de démarrer la journée sous de bons augures. Ravender raconte avec un grand sourire : « Si on est heureux dès le matin, la journée sera forcément bonne. » Ankur, 84 ans, membre du groupe ajoute tout naturellement : « On est heureux alors on doit rire ! »
Les Indiens ne sont pas réputés pour être de grands sportifs… L’exercice physique régulier est plutôt pratiqué dans une perspective thérapeutique, et rarement pour obtenir un corps de rêve. Le yoga du rire tire ainsi son succès de ses supposées vertus. « Les grands éclats de rire ouvrent et aèrent les poumons, c’est très important pour notre santé », insiste le brigadier Rajender Kukreja, tout en sautillant le long du square. « Au début, il faut se forcer à rire. Ensuite ça vient tout seul et c’est encore mieux à plusieurs, c’est communicatif. » Il pratique ce yoga tout seul, après sa demi-heure de footing et ses étirements.
Les bienfaits du yoga du rire ont même été théorisés. En 1995, le docteur Madan Katarian, médecin généraliste à Mumbai publie un article sur les bienfaits du rire. Selon lui le rire permet de rester en bonne santé, de faire disparaitre les effets négatifs du stress et de renforcer son système immunitaire. Le médecin décide de mettre en pratique ces découvertes en réunissant un petit groupe vers 7 heures du matin pour s’entraîner à rigoler. Ainsi naît le premier « club ». Devant le succès de cette initiative, sa femme Madhuri Katarian apporte son expérience de professeur de hatha yoga et met en place des ateliers de yoga du rire. Aujourd’hui, la méthode du docteur Katarian est pratiquée dans plus de 5 000 écoles à travers le monde.
Si les ateliers du docteur Katarian rencontre un grand succès, le yoga du rire reste accessible à tous et ne nécessite pas forcément un enseignement en club ou avec un gourou. « Nous nous retrouvons dans ce parc depuis maintenant dix ans. Nous avons appris tout seul le yoga du rire. C’est une chose qui vient naturellement quand on est heureux ! », résume Ankur, 92 ans, avec un petit rire spontané.

Avis aux amateurs ! La technique est assez rudimentaire. Il suffit de s’accorder au moins cinq minutes de rire tous les jours, chacun à sa manière, debout assis ou allongé. C’est encore mieux entre amis. Découvrez également la méthode du docteur Katarian sur son site internet, cliquer ici.

Comments are closed.